Écrire sur le web c’est bien. Écrire et être lu c’est mieux. Écrire et être écouté, relayé et sollicité c’est encore mieux. Comment améliorer son autorité et asseoir son positionnement d’expert ?

autorité web

Comment renforcer votre autorité sur le web ?

Google valorise l’autorité même s’il n’est pas très dissert sur la façon dont il la mesure. Pour chaque contenu publié, les liens générés pointant vers ledit contenu, les discussions liées et les reprises sur d’autres sites web semblent être des facteurs évidents. Dans son guide à destination des quality raters , Google appuie fortement sur les critères E-A-T (Expertise, Authoritativeness, Trustworthiness).

Nos clients ont généralement du mal à produire du contenu pour les internautes. Et lorsque ce contenu est en ligne, il est souvent décevant : les métriques qualitatives n’affichent pas de bons résultats et il est aisé de baisser les bras. Pourtant, avec quelques règles simples, il est possible d’apparaître comme un auteur de confiance.

Écrire du contenu utile et pro

Plutôt que la quantité, la qualité est fondamentale. Les sujets traités doivent montrer votre expertise, vos réflexions, vos méthodes de travail.

L’orthographe doit être irréprochable et l’ensemble agréable à lire. Les internautes aiment lire des contenus qui se consomment facilement (pas de gros pavés de textes) avec les points clés mis en exergue (utiliser les titres, les listes à puces, les citations, faites une intro et une conclusion).

Sur les blogs en langue anglaise, on voit parfois l’information clé située dans un paragraphe « TL;DR » (Too Long ; Didn’t Read). Pour les plus pressés, tout est dans ce paragraphe.

Enfin, faut-il rappeler que le bon contenu parle des sujets qui sont importants pour le lecteur (pas les siens) ? Utiliser le VOUS plutôt que le JE.

Utiliser des exemples

Si vous êtes un expert, vous avez normalement de nombreux exemples à fournir afin d’illustrer vos propos. Faites-le. Les internautes aiment la précision et les exemples se retiennent souvent mieux que la théorie. Expliquez une situation avant/après et joignez-y des chiffres concrets afin de paraître plus crédible. Les étude de cas sont particulièrement prisées car c’est du réel et du vécu (voir ici un exemple parfait ).

Sourcer les citations et les références

Plutôt que d’affirmer quelque chose, citez la source. Cela montre :

  • que vous vous basez sur des données tierces validables (et validées – tout dépend de la qualité de la source) ;
  • que vous êtes transparents et êtes dans une logique de partage ;
  • que vous vous informez et faites un travail de veille ;
  • que vous êtes donc ouvert à la critique.

C’est ce que fait à merveille l’excellent blog sur l’ optimisation des conversions : ConversionXL

Faire des liens externes

On est ici dans un cas similaire à la citation des sources. Faire des liens vers l’extérieur de son site c’est, certes, montrer la porte de sortie à ses visiteurs mais c’est aussi naturel. Le web est fait de liens et il est juste normal de proposer à l’internaute des liens tiers vers des sites d’autorité. En faisant un lien vers un site extérieur, on s’associe plus ou moins avec les sites que l’on cite. C’est un acte fort et c’est pour cela que les liens sont un aspect fondamental du référencement naturel .

Quand il s’agit de sites concurrents, c’est plus difficile…

Ajouter des médias

Graphiques, jeux de données, PDF, carto, images… en variant les médias, vous apportez une lecture plus agréable (l’internaute sera plus réceptif) mais aussi que vous êtes dans une logique de diffusion de connaissance. Bonus, un contenu multimédia est plus relayé qu’un simple contenu textuel (et hop une source d’autorité pour asseoir cet argument).

Être identifié et identifiable

Plutôt que de parler au nom de l’entreprise, pourquoi ne pas utiliser votre propre nom. Pour développer l’expertise, le JE est plus puissant que le ON et les internautes se rappellent facilement des personnes. Ici, on est sur le blog de Tyseo : plutôt impersonnel à la différence de mon  blog pro  ou je prends position et parle sur un ton plus direct. Indispensable : une bio, des références, des publications, une photo et des liens avec les autres présences sociales (LinkedIn, Viadeo, Twitter, autres sites et réseaux pro).

Relayer son contenu pour lui donner de la visibilité et de la traction

L’expert qui parle dans le vide ne sert à rien. Chaque publication devrait être poussée vers le lectorat (réseaux sociaux, emailing) et plus particulièrement vers les outils et personnes qui ont la possibilité de rendre très visible le contenu (partenaires clés, influenceurs). Passer autant de temps à promouvoir son contenu qu’à l’écrire n’est pas anodin en temps passé mais est nécessaire pour assurer une bonne diffusion de ses propos.

Avoir un profil social reconnu

Cause ou conséquence ? Pas forcément évident de savoir par quel bout prendre ce dernier aspect. Idéalement, le bon contenu attire l’autorité qui se transmet alors aux profils sociaux. Sauf que dans la vraie vie, ça ne marche pas toujours ainsi. Certains expert hors-ligne sont injustement mal notés en ligne alors que de nombreux petits malins arrivent à avoir de beaux profils pas forcément légitimes. Néanmoins, celui qui produit du contenu qualitatif et qui nourrit son réseau de façon professionnelle et consistante verra à coup sûr une amélioration sur ses profils sociaux.