Produire du contenu est facile (ceci n’est toutefois pas partagé par tout le monde mais avec de la matière, un peu de méthode et d’habitude, créer du contenu est aisé). Créer du contenu de qualité l’est beaucoup moins. Vous trouverez ci-dessous un court article pour mieux appréhender ce qu’est un contenu efficace.

roue du contenu

Un contenu utile et pensé pour l’internaute pour des pages web plus pertinentes

Adaptée de l’anglais (si quelqu’un à l’auteur original ?), la roue du contenu propose une action sur 3 plans différents :

Le contenu pour qui et pour quoi ?

Le premier cercle est un retour aux fondamentaux. Produire du contenu en direction de quelle cible ? Quel est l’ objectif métier qui se cache derrière ? Quel est le message à faire passer ?

Contenu : actions à faire

Le second cercle concerne les actions à réaliser. Ces actions n’ont pas de fin. Il est possible de boucler et d’améliorer sans cesse (c’est le principe de la  roue de Deming ). La première action n’est pas de créer du contenu. Le travail étant cyclique, il est possible de partir de n’importe quelle étape. Ce qui est important ici est de réaliser les actions les unes à la suite des autres afin de ne rien oublier dans la démarche de production d’un contenu de qualité.

  • Analyse : l’identification du besoin permet de repérer quels contenus doivent être créés / améliorés.
  • Création : une fois le besoin exprimé, la phase de création peut commencer
  • Publication : Publier au bon moment sur le bon canal vient ensuite
  • Promotion : Très importante et souvent sous-estimée, la phase de promotion consiste à faire connaître le contenu aux personnes qui peuvent le relayer ou y trouver intérêt
  • Suivi : Pour savoir si le contenu est consommé comme prévu, il est nécessaire de mettre en place (et d’utiliser) des outils de tracking. C’est grâce à eux qu’il est possible Dde passer à l’étape d’après qui nécessite des chiffres pour construire une analyse.

Mesurer les interactions avec l’internaute

Suivre les statistiques ne suffit pas. Idéalement, il faut aussi mesurer comment réagit le consommateur du contenu avec ce qu’il a sous les yeux.

  • Séduction, fidélisation : que fait l’internaute une fois qu’il a commencé à lire le contenu ? Lit-il jusqu’au bout ? Scanne-t-il uniquement les gros titres ? Une fois arrivé au terme de la page, va-t-il voir d’autres pages proposées ou continue-t-il son surf ailleurs ?
  • Engagement : Chaque page de contenu a un objectif. La mission est gagnée lorsque l’internaute réalise l’action attendue (contact, abonnement newsletter…)
  • Participation : La discussion s’engage-t-elle entre l’internaute et le créateur du contenu ? L’information est-elle débattue, argumentée, discutée, critiquée ? Les commentaires sont un des signes forts montrant que le contenu est intéressant et mérite une réponse.
  • Relais d’information : Savoir si le contenu a été proposé aux connaissances du lecteur est lui aussi intéressant. Peu de gens partagent l’information qu’ils ont lu et le faire est un signe net qui prouve que le contenu a interpellé.
roue du contenu adapté au web

La roue du contenu au service du contenu